Web designer: Alex Verween      Veeweyde a.s.b.l © Tous droits réservés


VEEWEYDE Accueil Société Royale Protectrice des Animaux- a.s.b.l

Nous hébergeons à l’heure actuelle 132 chevaux dont la plupart sont des demi-sang belges et chevaux de trait ayant travaillé toute leur vie dans les forêts ardennaises. Certains d'entre eux y ont débardé pendant plus de 10 ans ! Usés par ces dures années, ils peuvent aujourd'hui se reposer comme ils le méritent.


Parmi eux, le doyen du domaine, qui a fêté ses 37 ans.  Il nous vient de Rochefort, où il était utilisé pour des balades. Il est pensionnaire au refuge du Marais depuis sa retraite, à l’âge de 25 ans. Victime d’une attaque il y a quelques années, il marche désormais légèrement de travers mais il est toujours aussi majestueux !


Quatre personnes s'occupent à plein temps de ce royaume dédié au cheval. Elles entretiennent la propriété, soignent et nourrissent les animaux et trouvent encore le temps de leur offrir la tendresse et l'affection dont ils ont besoin. Pour mener tout cela à bien, il convient de se lever au chant du coq !
Le travail débute à 6 h 30 du matin. Il est particulièrement important de veiller à la santé des animaux. Plusieurs fois par jour, le responsable fait le tour du cheptel afin de déceler immédiatement le moindre problème.  

Il connaît tous ses pensionnaires sur le bout des doigts !
Nos grands chevaux, vieux et fatigués, peuvent rapidement perdre du poids. Ils disposent donc d’une mangeoire pleine toute la journée. Ils peuvent également sortir se promener en prairie, sauf en cas de gel extrême. Eux qui ne travaillent plus et ne sont plus montés ont besoin de s’exercer à la marche. En effet, ils risquent de s’ankyloser s’ils passent trop de temps dans leurs boxes !

Sans exercices quotidiens, ils perdent leur musculature et pourraient avoir énormément de mal à se relever s’ils se couchent pour dormir. Ils ont donc la liberté d’aller dehors, trois heures par jour minimum, et se retrouvent en groupe pour ces promenades quotidiennes.






La vie au refuge du Marais